Plage de Pefkos, Rhodes – pour l’Inquiétude

Rhodes

Tu n’es pas à Rhodes pour explorer l’ancienne ville médiévale ou l’ancien temple d’Apollon. Ce n’est pas non plus l’envie de goûter à ses spécialités culinaires de beignets de pois-chiches et lait de brebis. Tes proches les plus sophistiqués trouverez ta véritable motivation bien banale. Tu es venu.e ici pour une seule chose : le soleil.

Sur la plage, il y a des transats couverts par de grands parasols en pailles. L’eau est bonne. La chaleur t’enveloppe et semble dénouer les muscles crispés de ton épaule gauche.

Le ciel est chaque jour d’un bleu immaculé. Le balcon de ton hôtel donne sur une colline broussaillée. Tu adores la vue de la terre craquelée parce qu’elle te parle de semaines entières d’un temps sec et chaud. Ça fait des mois (presque chaque mois de ta vie) que tu as envie de soleil.

Chez toi, dans le Nord, l’environnement n’est pas clément, tu ne peux pas lui faire confiance. Il semblerait que tu ais toujours besoin de te protéger de quelque chose : du vent, de la pluie, du froid. Tu fais face aux hivers rudes et au printemps hivernaux en t’emmitouflant dans plusieurs couches de vêtements.

Au fond, tu sens bien que tu es une créature faite pour des matinées ensoleillées, des après-midi chauds et des soirées tièdes. C’est ici où toi, homo sapiens, est conçu pour vivre. Mais par le biais de manœuvres ingénieuses, et fatidiques, on a réussi à s’établir dans des endroits venteux, humides et mornes, où le ciel nous gracie, rarement, une atmosphère différente. On s’est bien installée là-haut à Paris, Berlin, Londres et Dublin. Et à quel coût… !

Le soleil n’est pas simplement “bon”. Il a un rôle puissant dans nos vies. C’est un agent doté de qualités morales : généreux, courageux, attentif au moment présent, confiant… Sous sa lumière abondante, l’obsession de la mesure matérielle est tout de suite moins attrayante. Quand il fait bon vivre, la compétition perd de son intérêt. Quand il fait aussi chaud, il n’y a pas d’intérêt à lire, ni même réfléchir ! On se trouve enfin, simplement, présent.

Cela dit, toute manière d’être est à nuancer. En excès, elle se retourne contre elle-même et porte à faux. Si les mœurs du Nord règne son attitude, on bénéficiera des vertus du Sud. Tu es venu.e pour t’allonger sur les plages de Pekfos pas parce que tu es simple d’esprit et fainéant. Mais précisément parce que l’habitude t’a rendu si sérieux.se, travailleur déconnecté de son corps, hyper-cérébral.e et hyper-prudent.e.

C’est la noble quête de sagesse et d’équilibre (idéal de vie de toute civilisation) qui t’ont mené ici – le monde de la crème solaire, des lunettes de soleils, des transats et des cocktails colorés au bord de la piscine.

 

Recent entries