Pourquoi l'épanouissement ?

Small Talk Epanoui2

Aujourd’hui, nous faisons souvent référence au “Bonheur” pour exprimer son objectif de vie. C’est une croyance répandue de considérer que la logique sous-jacente à son métier, ses relations et tout son quotidien serait la recherche du bonheur. Aux abords anodins, une attache trop rigide à cet idéal peut porter atteinte à un épanouissement authentique puisqu’il nous incite à se dérober des questions, des situations et des émotions qui sont aussi révélatrices, précieuses et cruciales qu’éprouvantes ou repoussantes.  Les Philosophes de la Grèce Antique croyaient fermement que le but de la vie ne se résumait pas au Bonheur. Ils suggéraient qu’il s’agissait plutôt d’atteindre l’Eudémonisme, possiblement traduit comme ‘épanouissement’. Ce qui distingue le Bonheur de l’épanouissement est l’acceptation de la douleur et de la souffrance. Il est éminemment possible d’être simultanément épanoui et souffrant physiquement ou mentalement, chargé de responsabilités et d’une humeur aléatoire ou irritable. Cette nuance psychologique n’est pas clairement conviée par le terme « bonheur » : effectivement, dire que l’on serait « heureux mais mal en point » ou « heureux mais souffrant » porte à confusion. Or, le terme  « épanoui » permet la logique de cette conjonction.

Ce mot incite à la réalisation que certains des plus beaux projets de notre vie ne soient pas agréables mais valent tout de même la peine d’être réalisés. Explorer consciencieusement ses talents professionnels, gérer son chez-soi, sauver son couple, créer de nouvelles opportunités business, s’intéresser aux affaires politiques… Ces activités significatives ne sont pas prometteuses de rires et de joies. Elles sont même plutôt susceptibles de nous mettre au défi, de provoquer des remises en questions qui ne seront pas évidentes, ni de tout repos. Or, malgré cela, à la fin de notre vie nous considérerons probablement qu’elles en valaient la peine. Elles nous auront permis l’accès à quelque chose d’encore plus grand et plus intéressant que le bonheur : grâces à elles, nous aurons pu faire une différence.

Avec le mot “épanouissement” en tête, nous pouvons abandonner l’illusion qu’une vie idéale serait une vie sans peine (et ainsi arrêter de s’en vouloir pour une ‘mauvaise’ humeur). Nous aurons confiance en le fait que nous visons quelque chose de bien plus important qu’un sourire : nous nous appliquons à épanouir notre potentiel humain pour faire honneur à notre nature.

Recent entries