Retourner à la page
Il y a toujours un Plan B

Il y a toujours un Plan B

L’une des plus grandes sources d’angoisse et de désespoir est le sentiment qu’il ne peut y avoir qu’une seule réponse aux problèmes majeurs auxquels nous sommes confrontés : un travail idéal, un amoureux idéal, un mode de vie idéal … Mais nous devons considérer qu’il existe toujours juste sous la surface, un plan B disponible. L’entraînement de notre muscle mental « Plan B » élargit énormément notre sentiment de sécurité et de spontanéité.

Nous grandissons avec un fort attachement sur le fait qu’il existe un plan A avec cette idée de à quoi ressemblera notre vie et ce que nous devons mettre en place pour atteindre ces buts bien définis. Par exemple nous ferons un master en droit et nous déménagerons à Paris pour rejoindre un cabinet d’avocat, nous deviendrons propriétaires à 30 ans et nous créerons une famille. Ou alors nous ferons 5 ans d’école de commerce, déménagerons à l’étranger en tant qu’expatriés dans une multinationale pour pouvoir arrêter de travailler à 50 ans. Ou encore, nous nous marierons et élèverons deux enfants à la campagne et nous ferons un métier dans le soin pour aider les autres. Mais pour certains si ce n’est pour tous, la vie nous amènent d’autres plans. Une blessure nous empêche d’exercer la carrière sportive que nous avions imaginée. Nous découvrons que notre partenaire nous trompe ou nous ferons une erreur qui changera complétement la vision que les autres ont de nous. C’est ainsi que nous nous rendrons compte que nous devons abandonner le plan A que nous nous étions construit. Cette réalisation peut nous paraitre insurmontable. Malheureux et terrifiés, nous nous demandons comment les choses ont pu se passer ainsi. Qui aurait pu anticiper que le petit garçon ou la petite fille pleine de vie que nous étions finirait dans une situation si désespérée et pitoyable ?

Nous alternons entre pleurs et rage à la tournure de ces évènements.

C’est dans ce genre de moment et même lorsque les choses sont calmes et optimistes   que nous devrions réfléchir à l’une des compétences de la vie les plus fondamentales : celle de développer un plan B.

Le premier élément à reconnaitre pleinement est que nous ne serons jamais maudits  pour avoir réfléchis à un plan B. Les plans A ne fonctionnent tout simplement pas tout le temps. Personne ne vit une vie avec tous ses plans A réalisés. Des évènements inattendus, choquants ou odieux arrivent et ce, pas uniquement à nous mais à tous les êtres humains. Nous sommes tout simplement naturellement exposés aux accidents car nous manquons d’informations et sommes fragiles dans nos capacités pour éviter les avalanches et les pièges.

Le deuxième point est de réaliser que nous sommes complétement capables de développer de très bons plan B. La raison pour laquelle nous pensons que nous ne pouvons pas c’’est que les enfants n’y arrivent pas facilement et l’enfance est le lieu dont nous venons tous et qui continue de nous impacter d’une manière qu’il est difficile de reconnaitre.

Quand le plan A des enfants ne fonctionne pas, ils ne peuvent pas faire grand-chose : ils doivent rester à la même école, ils ne peuvent pas divorcer de leurs parents, ils ne peuvent pas changer de pays ou changer de travail. Ils sont bloqués  et immobiles.

Les adultes, eux,  ne le sont pas et nous devons nous le rappeler pour nous apporter du confort dans les moments stressants. Nous avons des immenses capacités pour agir et nous adapter. Une porte peut se fermer mais il existe une multitude d’autres portes qui peuvent être ouvertes. Nous n’avons pas qu’une seule façon de vivre notre vie même si parfois nous nous accrochons avec beaucoup de ferveur à une image de la façon dont les choses devraient être.

Nous somme une espèce profondément adaptable. Peut-être que nous serons amenés à partir de la ville pour toujours, peut être que nous devrons renoncer à une activité que nous avons passé des années à construire, peut-être qu’il nous sera impossible de rester avec une personne avec qui nous avons tant investi. Cela peut paraitre désespérant jusqu’à ce que l’on redécouvrir notre latent muscle plan B. En réalité, il y a une option pour aménager autre part, pour rencontrer quelqu’un d’autre et pour naviguer autour d’événements houleux. Il n’y avait aucun script de nos vies écrit à notre naissance et certainement pas celui d’un seul chemin.

Naviguer autour de  notre muscle plan B nous aide à nous familiariser avec la vie de tous ces gens qui ont dû abandonner leur plan A pour mettre en place un plan B : la personne qui pensait être mariée pour toujours et qui ne l’est soudainement plus et qui s’en est pourtant sortie. La personne qui subit une mauvaise réputation pour un acte commis, qui doit se réorienter dans une industrie complétement différente et qui y trouve sa place.

Au milieu de ces histoires, nous sommes susceptibles de trouver quelques personnes qui nous diront très sincèrement que leur plan B s’est avéré être meilleur que leur plan A. ils ont dû travailler dur, creuser plus profondément pour le trouver et que ce plan B s’est avéré être fait de moins de vanité et de peur.

Crucialement, nous n’avons pas besoin de connaitre maintenant ce que nos plans B pourraient être. Nous n’avons pas besoin de ruminer ou d’anticiper les éventuelles futures déceptions qu’ils pourraient nous apporter. Nous devons juste être confiant que si l’univers le met sur notre route, nous le saurons et nous saurons trouver une autre voie.

 

By The School of Life

Partager cet article

Articles en lien

DEVRAIS-JE SUIVRE MES RÊVES ?

Lorsqu'il s'agit de décider ce que nous allons faire de notre vie, il n'est pas rare de se sentir confronté à ce qui se fait ressentir comme une décision très…

Voir

Nous n’apprenons qu’en répétant

L'un des aspects les plus manifestes mais aussi les plus frappants de l'éducation moderne est que vous ne la parcourez qu'une seule fois. Vous vous présentez tous les jours pendant…

Voir